enfant-aine

Arrivée du second enfant comment préparer son ainé

Arrivée du second enfant : comment préparer son ainé ?

Que ce soit le premier ou les prochains, un enfant est toujours un cadeau précieux pour ses parents. Mais si pour ces derniers, l’arrivée d’un nouveau-né est une grande nouvelle, ce n’est pas du tout le cas pour l’ainé. En effet, avoir un petit frère (ou une petite sœur) est un véritable calvaire, en pensant qu’une fois que l’enfant viendra, il ne pourra plus bénéficier des tendresses et surtout de l’amour de ses parents adorés. Du coup, il se peut qu’il éprouve une tristesse en voyant son petit frère. De ce fait, comment lui aider à trouver sa place et à lui préparer sur la venue de son petit-frère ? La réponse est dans cet article.

Choisir le bon moment

Quelle joie ! Le test de grossesse est enfin positif ! En effet, c’est un moment de joie pour tous les couples, mais quand on pense à la réaction de l’ainé, la joie se transforme en inquiétude. Comment lui annoncer qu’il va avoir un petit-frère ou une petite-sœur ? Quand sera le bon moment pour lui annoncer ? Certes, on a envie de partager notre joie avec l’ainé, dès le premier mois de grossesse, mais il est préférable d’attendre trois ou quatre mois pour lui en parler. Ainsi, le ventre commencera à être visible, et il sera beaucoup plus facile de lui expliquer qu’un petit être y est.

Lui rassurer sur l’amour de ses parents

Bien évidemment, une fois que l’ainé apprend qu’il va avoir un petit-frère, il pensera immédiatement qu’il a perdu sa place et que ses parents n’auront plus assez de temps pour s’occuper de lui. Certes, c’est bien le cas, mais il faut tout de même lui rassurer que l’amour de ses parents ne changera jamais, car il restera leur fils. Seulement, l’amour des parents grandit pour aimer également son petit-frère. Durant les mois à venir, il ne manifestera pas son inquiétude, mais il pourra s’éloigner petit à petit de sa mère. Cette réaction est tout à fait logique, mais il faut le rassurer à tout moment sur l’amour interminable de ses parents.

L’impliquer dans les préparatifs

La plupart du temps, l’ainé se sent à l’écart, surtout durant les semaines précédant de l’accouchement. Pour qu’il se sente plus à l’aise et pour lui rassurer, mieux vaut lui impliquer dans les préparatifs. Pour ce faire, ses parents peuvent demander son avis sur la couleur du mur de son petit-frère ou du premier pyjama de ce dernier à la maternité. Pourquoi ne pas lui demander également s’il ne souhaite pas lui donner l’une de ses peluches ? Ainsi, il comprendra peu à peu que même s’il aura un petit-frère, il compte toujours beaucoup pour ses parents.

La première rencontre

Enfin, son petit-frère est arrivé ! Il va pouvoir rencontrer ce bébé qu’il a entendu parler depuis des mois. Une fois à la maison, il faut lui laisser s’approcher du bébé, tout en lui expliquant qu’il est encore fragile. Du coup, il faut avoir des gestes doux. S’il en a envie, on peut également lui proposer de s’asseoir près du petit et lui caresser. S’il hésite, c’est tout à fait normal. Cela viendra petit à petit.

Byron Marquis

Commenter